15e anniversaire du Festival du film PROTIC

J’ai l’immense honneur de faire partie du jury extérieur du 15e Festival du film PROTIC. J’ai souvent admiré lors de mes passages les affiches des films des éditions passées, qui illuminent les corridors du Collège des Compagnons, à Québec, et j’ai toujours été très impressionnée par le travail de ces élèves.

logo_festival013Cette année, j’ai pu visionner en primeur les 13 court métrages en lice pour 8 prix :
– Meilleur acteur
– Meilleure actrice
– Meilleur scénario
– Meilleure trame sonore
– Meilleure photographie
– Meilleure mise en marché
– Meilleur court métrage (prix du jury)
– Meilleur court métrage (prix coup de coeur des participants)

Je dois admettre que j’ai tantôt souri, tantôt franchement rigolé, tantôt été émue jusqu’au point d’avoir la larme à l’oeil. Il y a du talent chez ces jeunes de 4e secondaire, c’est incroyable! Je sens que nous, les membres du jury, aurons bien de la difficulté à arrêter nos choix le 1er mai lors du gala de remise des prix!

C’est donc à suivre!

Mise à jour du 2 mai 2015 : Parmi les titres qui se sont illustrés, notons le film Marie, qui a reçu le prix du meilleur acteur en plus du prix du jury, et Touché coulé!, qui a eu la faveur du public. Le film Percuté a aussi remporté plusieurs prix, dont celui de la meilleure actrice.  Plusieurs de ces productions se retrouveront en compétition aussi pour l’Anti-festival de cinéma de Québec. J’indiquerai les liens vers les films lorsqu’ils seront disponibles!

Advertisements

Le TNI : outil pour le développement d’une pédagogie interactive (et porte d’entrée du numérique en éducation)

Une recherche intéressante sur l’implantation des TBI de 2000 à 2012 au Québec, par Sonia Lefebvre, Ghislain Samson (Université du Québec à Trois-Rivières) : État des connaissances sur l’implantation du tableau numérique interactif (TNI) à l’école.

RÉSUMÉ : Ce texte présente les résultats d’une recension des écrits (2000-2012) entourant l’utilisation du tableau numérique interactif (TNI) à l’école. Les articles retenus proviennent de différentes revues scientifiques, essentiellement anglo-saxonnes. Les synthèses réalisées ont permis de mettre en exergue trois catégories de résultats, à savoir les étapes à franchir pour implanter le TNI, les facteurs influençant son implantation de même que les usages et impacts du TNI sur l’enseignement. Les principaux résultats révèlent que l’implantation n’est pas toujours réussie et si elle l’est, des facteurs dont le temps, la formation et l’accompagnement, la limitent.

J’aime la conclusion qui rappelle que c’est la pédagogie qui est appelée à devenir interactive, pas seulement l’outil.

J’ai cependant toujours ce malaise devant les efforts déployés à dire si oui ou non le TBI / TNI est efficace et utile en classe. Dans le fond, on cherche toujours à dire si son existence est justifiée ou non. C’est presque rendu tabou de dire qu’on aime les TBI!

Ce qui me rend mal à l’aise, c’est que pour moi, le tableau interactif est un écran d’ordinateur géant, et oui on peut cliquer dessus. Il me semble que ce n’est pas le matériel (hardware) qu’il faut étudier, mais bien tout ce qu’il affiche, c’est-à-dire le cœur de l’ordinateur auquel il est relié, c’est l’exponentiation des ressources et outils auquel il a accès s’il est connecté à Internet, c’est l’univers entier de l’informatique avec tout ce qu’il a de bon et de moins bon qui peut entrer dans la classe via son écran. Pas étonnant que les enseignants ne le « maîtrisent pas » nécessairement…. Non?

C’est comme étudier les téléviseurs pour savoir si la programmation télévisuelle est utile pour la société.

Le TBI, c’est une porte d’entrée dans l’univers numérique pour le système scolaire. L’enjeu ici, ce n’est pas le TBI à mon avis, c’est l’univers numérique qui débarque dans les écoles.

M’enfin, j’m’en retourne à d’autres préoccupations 🙂