Je me mets à la diète… intellectuelle!

J’ai vraiment vécu un ressourcement culturel et intellectuel lorsque j’ai eu la chance d’assister à la conférence de Seymour Papert, donnée dans le cadre des RIMA 2004. D’ailleurs, je publierai bientôt un billet sur l’infobourg et sur Carrefour-éducation (à surveiller dès lundi prochain). Une chose dont je ne parle pas dans mon billet mais qui m’inspire ces temps-ci, c’est le concept de « diète intellectuelle« .

Wow, c’est quand même un concept difficile à imaginer. En tant que journaliste, de l’information, il en entre et sort de ma tête à grands coups de vent tous les jours. C’est d’ailleurs la même chose pour tout le monde de nos jours, en fait. On finit par devenir obèse d’information. Oui oui! À un moment, on se perd et on n’y trouve plus de plaisir. Les informations perdent leur sens, ce n’est que de l’information…

Puis l’idée de la diète intellectuelle s’est emparée de moi. Non, pas de jeûne, j’aime trop en manger! Simplement un réaménagement de ma consommation.

1. Le tout a commencé par un ménage de la surface de mon bureau. Ça a l’air niaiseux, mais maintenant que je n’ai plus d’interminable pile d’information à traiter, la vie me semble tellement plus simple!

2. Toute information n’est pas nécessaire à archiver. J’étais le genre à emplir mes tablettes jusqu’à ce qu’elles en craquent (ne riez pas, une étagère m’est vraiment déjà tombée dessus!). En plus, en fervente utilisatrice d’Internet que je suis, j’ai enfin (ouf!) réalisé que je n’avais pas à tout garder sur papier, surtout que la plupart de ces choses se retrouvent intégralement en ligne. Et hop, au recyclage!

3. Résolution : prendre le temps de lire ce que j’écris. Aussi bête que cela puisse paraître, dans le monde de l’information quotidienne, on en vient à un niveau où on écrit un peu sur le pilote automatique. C’est pas des farces, il m’arrive de ne plus me souvenir des choses que j’ai écrites la veille. Alors 3e étape de la diète, on prend le temps de savourer, et on relit! C’est fou ce que ça change le « beat » d’écriture!

4. J’ai décidé d’intégrer le « je » à mes billets hebdos sur l’infobourg et Carrefour-éducation. Eh oui, je commence à avoir de l’expérience… wow! Alors je commence à raconter à partir de choses que j’ai vécues. De la vraie gastronomie intellectuelle!

En bref, l’objectif de cette diète est de se sentir le cerveau plus léger à la fin de la journée, mais tout en demeurant efficace. 🙂 Je pense que l’attitude face au traitement de l’information joue pour beaucoup. Cela fait deux semaines déjà que je suis ma diète, et les résultats semblent fonctionner encore mieux qu’une pilule miracle!

Advertisements

2 réflexions sur “Je me mets à la diète… intellectuelle!

  1. Aurai-je le courage?
    Mon bureau est un vrai fourre-tout. Plusieurs fois, je me suis dit qu’il fallait classer ou jeter, sans avoir le courage de le faire. J’espère que tu ne tricheras ta diète trop tôt.

  2. Quel Départ !
    Évidemment, on n’a pas affaire à une débutante en matière d’écriture… Je trouve que ton « départ-sur-carnet » est fulgurant. Ce billet en particulier, nous fait voir une facette de ta pratique de tous les jours qui ne peut être ressentie dans le format régulier des endroits où tu publies. Le cybercarnet te révélera bien d’autres secrets. Bravo pour le plongeon et… bienvenue dans la communauté des carnetiers !

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s