Facebook ouvrira un nouveau centre de recherche en IA à Montréal

Une autre grande nouvelle pour l’industrie numérique québécoise!

MONTRÉAL, le 15 sept. 2017 /CNW/ – Que ce soit à travers les voitures autonomes ou les applications pour téléphones intelligents qui comprennent la parole, l’intelligence artificielle (IA) change nos interactions avec les autres et notre environnement. L’IA et l’apprentissage profond aident à créer des emplois, à améliorer nos conditions de vie et à générer de nouvelles opportunités pour la classe moyenne et ceux qui travaillent fort pour en faire partie.

Le premier ministre Justin Trudeau a participé aujourd’hui à l’annonce de Facebook que l’entreprise ouvrira un nouveau laboratoire d’IA à Montréal. Il s’agira du premier laboratoire d’IA de Facebook au Canada et de son deuxième seulement à l’extérieur des États-Unis. D’ici l’an prochain, le laboratoire devrait employer une équipe de 20 chercheurs dirigés par Joëlle Pineau (Ph. D.), éminente chercheuse en intelligence artificielle à l’Université McGill.

Les chercheurs développeront de nouvelles méthodes pour enseigner aux machines la relation complexe entre les actions et les résultats, ce que l’on appelle l’apprentissage par renforcement. Ils auront également à développer des systèmes de dialogue qui permettront à des machines et à des ordinateurs de parler avec leurs utilisateurs de manière naturelle et facilement compréhensible.

Le nouveau laboratoire aidera à faire croître un écosystème de la technologie plus fort pour le Canada. Il créera de bons emplois et aidera le Canada à continuer d’attirer et de retenir des personnes de grand talent dans cet important domaine de recherche et de croissance économique. L’économie de notre pays en bénéficiera, alors que des professionnels et des étudiants dans le domaine des technologies choisiront de rester ici au lieu de se chercher un emploi ou des opportunités à l’étranger.

Citation

« Lorsque des géants de la technologie tels que Facebook décident d’investir dans nos villes, cela ne témoigne pas seulement du talent de calibre mondial des Canadiens, mais aussi de l’immense potentiel du Canada en tant que carrefour d’innovation et de technologie. Le nouveau laboratoire que Facebook ouvrira à Montréal montrera que le Canada est un leader dans l’économie de l’avenir et un joueur influent du domaine de l’intelligence artificielle dans le monde. Il encouragera d’autres chefs de file du secteur des technologies à s’établir ici et à créer de bons emplois pour les Canadiens de la classe moyenne. »
— Le très honorable Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Faits saillants

  • Montréal est un choix naturel pour la création de ce nouveau laboratoire, car beaucoup de pionniers du domaine de l’IA sont originaires de cette ville et plusieurs percées importantes ont été faites ici.
  • En plus de ce nouveau laboratoire, Facebook investira 7 millions de dollars dans la communauté montréalaise de l’IA en nouant des partenariats avec l’Institut canadien de recherches avancées et l’Institut des algorithmes d’apprentissage de Montréal.
  • Le Canada est un chef de file mondial de l’investissement dans la recherche universitaire, se classant au premier rang parmi les pays du G7 et au huitième rang parmi les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques.
  • Pour favoriser la réalisation de nouvelles initiatives innovatrices au Canada, le budget de 2017 prévoit le Plan pour l’innovation et les compétences, qui aide les entrepreneurs et innovateurs canadiens à concrétiser leurs idées en créant des entreprises florissantes.
  • Pour que le Canada puisse attirer et garder la crème des universitaires, et pour accroître le nombre de stagiaires et de chercheurs de deuxième cycle qui étudient l’intelligence artificielle et l’apprentissage profond, le budget de 2017 propose également un investissement de 125 millions de dollars pour lancer une stratégie pancanadienne en matière d’intelligence artificielle pour la recherche et le talent.

Lien connexe

Ce document se trouve également à l’adresse : http://pm.gc.ca

 

SOURCE Cabinet du Premier ministre du Canada

Advertisements

Un 2e siège social d’Amazon… à Montréal?

Un communiqué intéressant. Montréal tentera d’attirer Amazon!

MONTRÉAL, le 15 sept. 2017 /CNW Telbec/ – Montréal International annonce avoir été mandaté par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) pour piloter le dossier de candidature du Grand Montréal visant à accueillir le second siège social nord-américain d’Amazon. Montréal International est également heureux d’annoncer qu’il sera appuyé par le gouvernement du Québec dans sa démarche afin de présenter une offre intégrée à Amazon. Le géant mondial de la distribution en ligne pourrait investir plus de 5 milliards de dollars dans la construction de ce nouveau site, d’une superficie de 8 millions de pieds carrés, qui emploiera jusqu’à 50 000 employés.

« Le Grand Montréal connaît actuellement un succès mondial sans précédent; c’est donc avec beaucoup d’ambition et de détermination que Montréal International capitalisera sur cet incroyable momentum », a déclaré M. Hubert Bolduc, président-directeur général de Montréal International. « Notre équipe est déjà à pied d’œuvre depuis une semaine, avec ses partenaires, pour faire valoir l’expertise, la créativité et le savoir-faire de la métropole auprès d’Amazon. »

« J’invite toute l’équipe de Montréal International à mettre de l’avant le Grand Montréal d’aujourd’hui, incontournable, dont les avancées technologiques ne cessent de se multiplier », a déclaré M. Denis Coderre, maire de Montréal et président de la Communauté métropolitaine de Montréal. « L’envergure d’un projet comme celui d’Amazon confirmerait notre statut parmi les plus grandes métropoles technologiques et révolutionnerait son paysage économique, pour le bénéfice de tous ses citoyens », a-t-il ajouté.

« L’établissement du deuxième siège social d’Amazon en Amérique du Nord pourrait générer des investissements de plusieurs milliards de dollars américains, en plus de milliers d’emplois hautement rémunérés. Un tel projet, établi dans la région métropolitaine, serait donc un véritable moteur économique pour le Québec. Avec un environnement d’affaires stable, un réseau universitaire solide qui favorise les échanges ainsi qu’une main-d’œuvre qualifiée et créative et dont le génie fait l’envie de tous, le Québec a tous les atouts pour attirer cet important investissement », a déclaré Mme Dominique Anglade, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique.

« Notre métropole est connectée sur le monde et regorge de talents dans le domaine des technologies de l’information et des communications. Le Québec se démarque à l’international par son expertise et Amazon, en implantant son second siège social en Amérique du Nord à Montréal, pourrait bénéficier de notre savoir-faire et d’un environnement concurrentiel », ajoute M. Martin Coiteux, ministre des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire, ministre de la Sécurité publique et ministre responsable de la région de Montréal.

Mentionnons que, dans le Grand Montréal, les filiales d’entreprises étrangères ne représentent que 1 % des établissements, mais contribuent à 10 % de l’emploi et à 20 % du PIB. « Les investissements internationaux sont de puissants leviers de croissance économique. Les talents, les ressources et les technologies qu’elles font venir des quatre coins de la planète transforment l’économie des métropoles qui les accueillent », a ajouté    M. Bolduc.

Pour visionner la vidéo du Grand Montréal technologique, cliquez ici :
https://www.youtube.com/watch?v=D-xhktbMC7k&t=2s

À propos de Montréal International (www.montrealinternational.com)
Créé en 1996, Montréal International (MI) est un organisme sans but lucratif financé par le secteur privé, les gouvernements du Québec et du Canada, la Communauté métropolitaine de Montréal et la Ville de Montréal. MI a comme mandat d’attirer dans la région métropolitaine des investissements étrangers, des organisations internationales et des travailleurs qualifiés.

 

SOURCE Montréal International

Le gouvernement du Canada suspend les poursuites de la Loi canadienne anti-pourriel

(enfin, presque, sauf que le titre du communiqué était trop long. C’est officiellement 🙂

Le gouvernement du Canada suspend l’application des dispositions sur les poursuites de la Loi canadienne anti-pourriel

Voici un communiqué reçu cet après-midi. C’est vrai que c’est une préoccupation presque quotidienne pour l’OSBL que je gère. « Le gouvernement favorise une approche équilibrée qui protège les intérêts des consommateurs, tout en éliminant les conséquences imprévues pour les organisations qui ont des motifs légitimes de communiquer électroniquement avec les Canadiens. »

OTTAWA, le 7 juin 2017 /CNW/ – Le gouvernement du Canada suspend l’application de certaines dispositions de la Loi canadienne anti-pourriel (LCAP) en réponse à des préoccupations générales soulevées par des entreprises, des organismes de bienfaisance et des groupes sans but lucratif.

Les dispositions, appelées « Droit privé d’action », auraient permis que des poursuites soient déposées contre des personnes et des organisations à la suite de contraventions alléguées à la loi.

Ces dispositions devaient entrer en vigueur le 1er juillet 2017, mais elles ont été suspendues.

Les Canadiens méritent qu’une loi efficace les protège contre les pourriels et les autres menaces électroniques qui peuvent donner lieu à du harcèlement, au vol d’identité et à la fraude. Parallèlement, les entreprises, les organismes de bienfaisances et les groupes sans but lucratif du Canada ne devraient pas porter le fardeau imposé par des tracasseries administratives et des coûts de conformité à la loi inutiles.

Le gouvernement favorise une approche équilibrée qui protège les intérêts des consommateurs, tout en éliminant les conséquences imprévues pour les organisations qui ont des motifs légitimes de communiquer électroniquement avec les Canadiens.

C’est pourquoi le gouvernement demandera à un comité parlementaire d’examiner la LCAP, en tenant compte de ses dispositions actuelles.

« Les Canadiens méritent qu’on les protège contre les pourriels et les autres menaces électroniques pour qu’ils puissent faire confiance à la technologie numérique. Parallèlement, les entreprises, les organismes de bienfaisances et les groupes sans but lucratif devraient avoir des moyens raisonnables de communiquer électroniquement avec les Canadiens. Nous avons compris les préoccupations soulevées par les intervenants et nous nous sommes engagés à trouver le juste équilibre dans cette situation. »
— Le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, l’honorable Navdeep Bains

Les faits en bref

  • La Loi canadienne anti-pourriel est entrée en vigueur le 1er juillet 2014. La loi interdit généralement aux personnes et aux entreprises d’envoyer des courriels de nature commerciale aux Canadiens sans leur consentement.
  • Trois organismes fédéraux autonomes se partagent les responsabilités liées à l’application de la loi : le Bureau de la concurrence, le Commissariat à la protection de la vie privée du Canada et le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).
  • Les amendes imposées pour les infractions les plus graves à la loi vont de 1 million de dollars pour les personnes à 10 millions de dollars pour les entreprises.
  • Dans le cadre de mesures internationales d’application de la loi lancées en décembre 2015, le CRTC a déposé le premier mandat en vertu de la loi visant à neutraliser un logiciel de diffusion de pourriel sur un serveur basé au Canada.

Liens connexes

 

Suivez le ministre Bains sur Twitter : @MinistreISDE

SOURCE Innovation, Sciences et Développement économique Canada

Les risques du métier (ou la fois où ton site a vraiment planté!)

Le site Web de l’École branchée est planté. Le serveur a crashé. Kaput! Les correctifs sont en cours, mais pour le moment, il est instable ou inaccessible.

Diverses raisons techniques font que nous vivons la panne de site Web la plus importante que j’aie connue. C’est plutôt éprouvant d’être en attente, sans pouvoir intervenir. Cela arrive en plus pendant la semaine où nous célébrons les 20 ans de l’organisme. Aussi, nous avions plein de nouveautés à partager et sommes dans la période la plus importante de l’année pour ce qui est des commandes provenant des écoles. C’est un grand stress. Quels seront les impacts sur l’avenir? Y aura-t-il des dégâts? Nul ne peut le prévoir.

C’est assurément un signe qu’il faut agir sur quelque chose! Nous saisirons l’opportunité, mais en attendant, on travaille d’arrache-pied pour rétablir le tout. Merci de votre compréhension!

(Et j’accepte toutes les ondes positives – appels au vortex – prières – incantations – alouettes!!)

La certitude du château de cartes

Je ne pensais pas susciter autant de réactions grâce à mon dernier billet! Tant pis pour vous, je poursuis ma réflexion! 😉

Le problème avec les élans créatifs, c’est qu’ils prennent toute la place. J’ai un horaire réglé au quart de tour et j’ai toujours beaucoup plus de choses à faire qu’une journée ne peut logiquement en permettre. Je sais que je ne suis vraiment pas la seule dans cette situation, mais là n’est pas mon point.

En ce moment, je passe un temps fou à essayer de contrôler mon étincelle afin qu’elle me laisse travailler en paix. Je n’ai PAS le temps pour ça. Mais bon sang que je ne m’en passerais pas. Quelle contradiction.

Car mademoiselle l’Étincelle s’amuse à me troubler la vue et à défaire mon espace-temps. Et elle ne regarde pas l’heure. Elle s’infiltre ici et là, plonge dans ma soupe, me tend un crayon, s’assoit à côté de moi, accepte mes propositions, joue mon jeu. Elle s’abonne à ma vie. Son image est là, elle me fixe; je reste là et je calcule. Je lui donne un centimètre, elle en prend dix.

C’est comme les rêves. On nous dit souvent que si on y croit vraiment, si on travaille fort pour réussir, tout peut être à notre portée… Je n’y crois pas aujourd’hui, enfin, pas dans la sphère étrange qui me concerne. Ce n’est ni une question d’effort, ni d’espoir. C’est une simple réaction chimique. C’est une science exacte. C’est ou ce n’est pas. À moins peut-être de trouver la bonne variable.

Cette petite étincelle transforme ma pyramide, solide et immuable, en château de cartes. Il suffirait probablement d’un souffle pour que tout se redistribue.

Et vous, vos élans créatifs nuisent-ils parfois à votre productivité? Oh que je n’aime pas cette question! Pourquoi ne pourraient-ils pas servir à ensoleiller certaines activités sombres? J’y vois assurément un signe qu’il est temps pour moi de leur laisser plus de place dans le quotidien!